Risques généraux

céphaléeMaux de tête = Céphalée.
1 – Prise en charge non médicamenteuse :
– S’hydrater correctement.
– Se cacher d’un soleil trop fort.
– Se mettre dans un lieu calme.
Arrêter une intoxication au tabac ou toute autre substance fumée.

2 – Prise en charge médicamenteuse :
Paracétamol (Dafalgan, Doliprane, Efferalgan) : Prendre 1g toutes les 4 heures. Vous pouvez en donner à la personne si elle vous en réclame.
Aspirine et Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS : Ibuprofène par exemple) sont à éviter (risque d’hémorragie intracrânienne aggravée par ces derniers médicaments). Attention ! N’en donnez pas à la personne qui en veut ; il s’agit d’une prescription médicale, en cas de problème vous risquez très gros si vous en avez donné à qqun qui a par la suite mal réagi, s’est aggravé.

3 – Cas particulier : La migraine.
Un mal de tête n’est pas une migraine, les gens migraineux le savent bien, connaissent bien leur pathologie et ont généralement un traitement bien spécifique.

Sources : Connaissances médicales ; Collège des Enseignants de Neurologie.

.

etouffementEtouffement :
Typiquement à l’heure du repas et pas si rare que ça…
a – La victime respire mal mais respire encore un peu.
Appelez le 15.
Ne faites rien ! Vous risqueriez de faire empirer les choses en bougeant l’obstacle et de provoquer une obstruction totale.
– Attendez les secours, calmez la victime, laissez la dans la position qu’elle préfère (souvent en position demi assis).

b – La victime ne respire plus du tout.
Donnez de vigoureuses claques dans le dos entre les deux omoplates comme montré sur l’image, victime penchée en avant.
– S’il n’y a pas expulsion après 5 claques, pratiquez 5 manoeuvres de Heimlich :
Mettez-vous dans la position adéquate (Cf photo) et tirer fortement vos poings vers l’arrière et vers le haut. L’objectif est de comprimer les poumons violemment pour expulser l’obstacle tel une bille à la sortie de votre AEG !
Le corps étranger devrait être expulsé. Si ce n’est pas le cas recommencez 5 fois en tout.
Toujours pas d’effet > appelez le 15.

c – La victime a perdu connaissance.
Appelez le 15.
– Pratiquez la réanimation cardio-pulmonaire : massage cardiaque +/- bouche à bouche.

heimlich

Sources : Connaissances médicales ; google images

.

HypoglycemieHypoglycémie :
Pas uniquement l’apanage des diabétiques, elle peut arriver à tout le monde, il suffit d’être à la bourre pour aller à son OP, de ne pas prendre le temps de manger et de commencer la partie directement…
Typiquement comme je le disais, 2 types de victimes d’hypoglycémie :
a – le diabétique qui a pris sa dose d’insuline habituelle (ou trop grosse dose) et/ou n’a pas mangé ou pas autant que d’habitude et/ou vient de fournir un effort physique comme il y en a en airsoft. Autant d’arguments susceptibles de provoquer une hypo ; cela arrivera essentiellement à des personnes jeunes qui ne connaissent pas assez leur maladie ou n’y apportent pas le soin qu’ils devraient. Une prise d’antidiabétiques oraux peut également être responsable (patient moins jeune).
b – n’importe qui qui n’a pas mangé depuis un moment et fourni un effort physique.

Les symptômes sont multiples :
Agitation, agressivité, léthargie, obnubilation
Étourdissement
Troubles de la vigilance : somnolence, convulsions, perte de connaissance, voire coma…
– Sensation de faim
Tremblements
Sueurs
Fourmillements dans les extrémités, engourdissement des membres
– Troubles de la vision
– Vertiges
– Fatigue
– Nausées, vomissements
– Pâleur, cyanose
– Maux de tête

1 – Prévention :
– Vous êtes diabétique, vous savez quoi faire : adapter votre dose d’insuline, repas correct, collations régulières…
– Vous n’êtes pas diabétique, vous savez quoi faire : repas correct + collations.
– Pas d’alcool à grosse dose ! Gros facteur favorisant l’hypo.

3 – Prise en charge non médicamenteuse :
Quelqu’un ne se sent pas bien devant vous ? Posez lui les bonnes questions, a t-il mangé récemment, est-il diabétique, si oui a t-il adapté sa dose…
Si ces questions vous orientent clairement vers une hypoglycémie, il faudra sucrer rapidement la victime avant qu’elle ne fasse un malaise.
Un sucre sous la langue ou du soda conviennent parfaitement ; après quoi il lui faudra manger correctement et pas que du sucre.

3 – Prise en charge médicamenteuse :
Pas du ressort de l’airsofteur.

– NB1 : Devant tout malaise avec perte de connaissance, il conviendra d’appeler le 15 afin d’obtenir conseils et aide et d’appliquer la prise en charge devant toute victime inconsciente.
– NB2 : Si la victime a perdu connaissance, ne tentez pas de lui donner du sucre sous quelque forme que ce soit (liquide, solide), vous pourriez la tuer, appelez le 15.
– NB3 : Toute victime inconsciente qui respire doit être mise en PLS (Position Latérale de Sécurité) et être surveillée jusqu’à l’arrivée des secours.

Sources : Connaissances médicales ; urgedoc.fr

.

gastriteBrûlure d’estomac :
Due à de multiples facteurs possibles : acidité, médicaments, alimentation, ulcère ou une bactérie présente dans l’estomac (Helicobacter Pylori)… Pas spécifique à l’airsoft mais rencontrée fréquemment, elle relève d’une prise en charge médicale.

1 – Prévention :
Évitez les aliments gras ou acides, le tabac et l’alcool.
– Les jus de fruit comme l’orange, le pamplemousse et le citron ; le coca sont acides et donc à éviter.
– Café et thé avec modération.

2 – Prise en charge non médicamenteuse :
– Privilégiez les féculents à base de céréales (pain, pâtes, riz…) et les aliments riches en fibres (lentilles, haricots…) qui neutralisent l’acidité gastrique.
– Le lait contribue à soulager les brulûres.

3 – Prise en charge médicamenteuse :
– Sur prescription médicale.
– Paracétamol inutile.
AINS et aspirine interdits !

– NB : Si vous prenez régulièrement de l’aspirine ou des AINS (Anti Inflammatoire Non Stéroïdien) et souffrez de brûlures d’estomac, il est temps d’aller consulter votre médecin.

Sources : Connaissances médicales ; KB hépatologie Gastro-Entérologie Chirurgie digestive 3ème édition.

.

coma ethyliqueComa éthylique / alcoolique :
Généralement la consommation déraisonnée d’alcool est prohibée en OP mais on n’est jamais à l’abri, peu importe la raison de l’intoxication, peu importe qui l’on trouve dans cet état.

1 Prévention :
On passe, c’est inutile et à chacun de se contrôler, vous ne pourrez qu’arriver après coup ; on se positionne donc dans le cas où vous trouvez une personne qui a manifestement trop bu.
2 Prise en charge :
– Vous devez déjà vous assurer que la victime respire bien.
Vous devez tenter de la réveiller. Si tel est le cas, mettez la en PLS (Position Latérale de Sécurité) afin d’éviter qu’elle ne se vomisse dans les voies aériennes et en meure.
– Si vous n’arrivez pas à obtenir le moindre signe de vie, que la victime n’est qu’un corps immobile avec un coeur qui bat, appelez le 15 de toute urgence, il se pourrai qu’elle ne se réveille jamais d’elle même.

Sources : Connaissances médicales

.

risques terrain

retour sommaire

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.