Santé et airsoft – article complet.

céphaléeMaux de tête = Céphalée.
1 – Prise en charge non médicamenteuse :
– S’hydrater correctement.
– Se cacher d’un soleil trop fort.
– Se mettre dans un lieu calme.
Arrêter une intoxication au tabac ou toute autre substance fumée.

2 – Prise en charge médicamenteuse :
Paracétamol (Dafalgan, Doliprane, Efferalgan) : Prendre 1g toutes les 4 heures. Vous pouvez en donner à la personne si elle vous en réclame.
Aspirine et Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS : Ibuprofène par exemple) sont à éviter (risque d’hémorragie intracrânienne aggravée par ces derniers médicaments). Attention ! N’en donnez pas à la personne qui en veut ; il s’agit d’une prescription médicale, en cas de problème vous risquez très gros si vous en avez donné à qqun qui a par la suite mal réagi, s’est aggravé.

3 – Cas particulier : La migraine.
Un mal de tête n’est pas une migraine, les gens migraineux le savent bien, connaissent bien leur pathologie et ont généralement un traitement bien spécifique.

Sources : Connaissances médicales ; Collège des Enseignants de Neurologie.

.

etouffementEtouffement :
Typiquement à l’heure du repas et pas si rare que ça…
a – La victime respire mal mais respire encore un peu.
Appelez le 15.
Ne faites rien ! Vous risqueriez de faire empirer les choses en bougeant l’obstacle et de provoquer une obstruction totale.
– Attendez les secours, calmez la victime, laissez la dans la position qu’elle préfère (souvent en position demi assis).

b – La victime ne respire plus du tout.
Donnez de vigoureuses claques dans le dos entre les deux omoplates comme montré sur l’image, victime penchée en avant.
– S’il n’y a pas expulsion après 5 claques, pratiquez 5 manoeuvres de Heimlich :
Mettez-vous dans la position adéquate (Cf photo) et tirer fortement vos poings vers l’arrière et vers le haut. L’objectif est de comprimer les poumons violemment pour expulser l’obstacle tel une bille à la sortie de votre AEG !
Le corps étranger devrait être expulsé. Si ce n’est pas le cas recommencez 5 fois en tout.
Toujours pas d’effet > appelez le 15.

c – La victime a perdu connaissance.
Appelez le 15.
– Pratiquez la réanimation cardio-pulmonaire : massage cardiaque +/- bouche à bouche.

heimlich

Sources : Connaissances médicales ; google images

.

HypoglycemieHypoglycémie :
Pas uniquement l’apanage des diabétiques, elle peut arriver à tout le monde, il suffit d’être à la bourre pour aller à son OP, de ne pas prendre le temps de manger et de commencer la partie directement…
Typiquement comme je le disais, 2 types de victimes d’hypoglycémie :
a – le diabétique qui a pris sa dose d’insuline habituelle (ou trop grosse dose) et/ou n’a pas mangé ou pas autant que d’habitude et/ou vient de fournir un effort physique comme il y en a en airsoft. Autant d’arguments susceptibles de provoquer une hypo ; cela arrivera essentiellement à des personnes jeunes qui ne connaissent pas assez leur maladie ou n’y apportent pas le soin qu’ils devraient. Une prise d’antidiabétiques oraux peut également être responsable (patient moins jeune).
b – n’importe qui qui n’a pas mangé depuis un moment et fourni un effort physique.

Les symptômes sont multiples :
Agitation, agressivité, léthargie, obnubilation
Étourdissement
Troubles de la vigilance : somnolence, convulsions, perte de connaissance, voire coma…
– Sensation de faim
Tremblements
Sueurs
Fourmillements dans les extrémités, engourdissement des membres
– Troubles de la vision
– Vertiges
– Fatigue
– Nausées, vomissements
– Pâleur, cyanose
– Maux de tête

1 – Prévention :
– Vous êtes diabétique, vous savez quoi faire : adapter votre dose d’insuline, repas correct, collations régulières…
– Vous n’êtes pas diabétique, vous savez quoi faire : repas correct + collations.
– Pas d’alcool à grosse dose ! Gros facteur favorisant l’hypo.

3 – Prise en charge non médicamenteuse :
Quelqu’un ne se sent pas bien devant vous ? Posez lui les bonnes questions, a t-il mangé récemment, est-il diabétique, si oui a t-il adapté sa dose…
Si ces questions vous orientent clairement vers une hypoglycémie, il faudra sucrer rapidement la victime avant qu’elle ne fasse un malaise.
Un sucre sous la langue ou du soda conviennent parfaitement ; après quoi il lui faudra manger correctement et pas que du sucre.

3 – Prise en charge médicamenteuse :
Pas du ressort de l’airsofteur.

– NB1 : Devant tout malaise avec perte de connaissance, il conviendra d’appeler le 15 afin d’obtenir conseils et aide et d’appliquer la prise en charge devant toute victime inconsciente.
– NB2 : Si la victime a perdu connaissance, ne tentez pas de lui donner du sucre sous quelque forme que ce soit (liquide, solide), vous pourriez la tuer, appelez le 15.
– NB3 : Toute victime inconsciente qui respire doit être mise en PLS (Position Latérale de Sécurité) et être surveillée jusqu’à l’arrivée des secours.

Sources : Connaissances médicales ; urgedoc.fr

.

gastriteBrûlure d’estomac :
Due à de multiples facteurs possibles : acidité, médicaments, alimentation, ulcère ou une bactérie présente dans l’estomac (Helicobacter Pylori)… Pas spécifique à l’airsoft mais rencontrée fréquemment, elle relève d’une prise en charge médicale.

1 – Prévention :
Évitez les aliments gras ou acides, le tabac et l’alcool.
– Les jus de fruit comme l’orange, le pamplemousse et le citron ; le coca sont acides et donc à éviter.
– Café et thé avec modération.

2 – Prise en charge non médicamenteuse :
– Privilégiez les féculents à base de céréales (pain, pâtes, riz…) et les aliments riches en fibres (lentilles, haricots…) qui neutralisent l’acidité gastrique.
– Le lait contribue à soulager les brulûres.

3 – Prise en charge médicamenteuse :
– Sur prescription médicale.
– Paracétamol inutile.
AINS et aspirine interdits !

– NB : Si vous prenez régulièrement de l’aspirine ou des AINS (Anti Inflammatoire Non Stéroïdien) et souffrez de brûlures d’estomac, il est temps d’aller consulter votre médecin.

Sources : Connaissances médicales ; KB hépatologie Gastro-Entérologie Chirurgie digestive 3ème édition.

.

coma ethyliqueComa éthylique / alcoolique :
Généralement la consommation déraisonnée d’alcool est prohibée en OP mais on n’est jamais à l’abri, peu importe la raison de l’intoxication, peu importe qui l’on trouve dans cet état.

1 Prévention :
On passe, c’est inutile et à chacun de se contrôler, vous ne pourrez qu’arriver après coup ; on se positionne donc dans le cas où vous trouvez une personne qui a manifestement trop bu.
2 Prise en charge :
– Vous devez déjà vous assurer que la victime respire bien.
Vous devez tenter de la réveiller. Si tel est le cas, mettez la en PLS (Position Latérale de Sécurité) afin d’éviter qu’elle ne se vomisse dans les voies aériennes et en meure.
– Si vous n’arrivez pas à obtenir le moindre signe de vie, que la victime n’est qu’un corps immobile avec un coeur qui bat, appelez le 15 de toute urgence, il se pourrai qu’elle ne se réveille jamais d’elle même.

Sources : Connaissances médicales

.

tiqueTiques :
Ce petit parasite peut sembler bien inoffensif mais il n’en est rien ! Les deux risques principaux étant la maladie de Lyme qui s’avère handicapante et pouvant mener à la paralysie et la méningo-encéphalite à tiques qui est potentiellement mortelle.

1 – Prévention :
– L’idéal est d’éviter l’exposition en forêt mais difficile quand on sait que la forêt est également un milieu naturel pour l’airsofteur.
– Porter des vêtements longs et couvrants pour empêcher au maximum la tique d’accéder à la peau.
– Les vêtements clairs attirent moins les tiques.
Chapeau.
Chaussures bien fermées.
– Idéalement des gants.
– Produits repulsifs sur les vêtements assez peu efficaces ; se renseigner en pharmacie.
Examiner la totalité de son corps et du cuir chevelu après chaque sortie en forêt / Se faire examiner par un collègue est mieux encore.

Malheureusement les tiques sont nombreuses et astucieuses, il en passera une tôt ou tard. Ca ne doit pas vous empêcher d’appliquer les mesures de prévention qui diminuent grandement le risque.

2 – Retirer la tique :
Il est indispensable de retirer rapidement la tique, plus vous tarderez plus vous risquez d’être contaminé.
– L’idéal est de posséder un tire-tique qui permet de retirer la tique sans l’écraser (ce qui risque de la faire régurgiter et de vous contaminer).
– À défaut une pince à épiler conviendra mais attention ! Ne l’attrapez pas par le corps (risque de régurgitation) mais plutôt par la partie avant, sous la tête et tirez doucement.
– Il se peut que la tique se sépare en deux, la persistance des pièces buccales dans la peau n’est pas grave et n’entraîne pas de contamination.
N’utilisez pas d’alcool ou autre produit pour “endormir” la tique ! Elle régurgitera et vous serez contaminé.
– Une fois retirée, désinfectez la peau.
– Ne jetez pas la tique à la poubelle ou dans l’eau (elle survit 3 semaines dans l’eau…), n’essayez pas de l’écraser, elle survivra. Enfermez la dans un petit récipient remplit d’alcool quelques heures et c’est bon, poubelle !

erytheme 13 – Surveillez la zone !
Si après deux ou trois jours (et jusqu’à un mois) un cercle rouge apparaît à l’endroit de la morsure et évolue de jour en jour en s’étendant (erythème migrant ; Cf photo), filez voir votre médecin traitant rapidement, vous êtes fort probablement infecté et il faudra un traitement antibiotique pour enrailler l’infection.

Je ne saurai que trop vous recommander la lecture de ce site, accessible à tous : http://www.maladies-a-tiques.com/Prevention.htm

Sources : Connaissances médicales ; maladies-a-tiques.com ; Cours médicaux CHU Besançon, Dr J.Leroy, Conduite à tenir devant une piqure de tique en France Comté ; google images

.

serpentMorsure de serpent :
1 – Prévention :
– Port de chaussures fermées, pantalon.
N’approchez pas les serpents, ne tentez pas de les capturer.
Méfiez-vous des rochers et pierres.

2 – Prise en charge :
Appelez le 15.
– Mettez la victime en position latérale de sécurité, elle ne doit pas bouger, immobilisez la partie mordue. Plus elle bougera, plus le venin diffusera rapidement.
Enlevez les bracelets, bagues et cgnie car le membre va gonfler.
– Désinfectez si vous avez de quoi, mais sans bouger le membre mordu.
– Essayez de mémoriser l’aspect du serpent, +/- photo mais n’essayez pas de l’attraper.

– NB1 : Ne mettez pas de garrot, ne comprimez pas le membre en pensant empêcher le venin de se diffuser. Lorsque le garrot ou l’appui sera enlevé, la totalité du venin ira droit au cœur en une seule fois. Suffisamment pour tuer.
– NB2 : Ne sucez pas non plus la plaie, ni ne l’incisez.
– NB3 : Il n’y a pas de recommandation par les autorités de santé concernant l’aspivenin. À priori inefficace contre les morsures de serpent selon plusieurs sources médicales.

Sources : ameli-sante.fr ; Connaissances médicales ; toxicologie-clinique.org

.

renardMorsure d’animal / rage :
Il arrive en forêt de tomber sur des animaux errants agressifs, chiens et renards essentiellement. Le risque n’est pas tant celui de la plaie mais surtout celui de la rage. La rage est transmise par le contact avec la salive des animaux infectés, par morsure donc, mais pas que, gaffe à vous, on caresse pas un renard et ce d’autant plus qu’il a un comportement étrange (valable pr le chien aussi), une simple piqure par une puce de cet animal et vous êtes contaminé.
La rage est silencieuse jusqu’à 3 à 8 semaines, puis les premiers symptômes apparaissent et… une fois les signes arrivés, vous êtes mort. Oui, vraiment, c’est le décès à 100% dans les 7 jours. Heureusement grâce à M. Pasteur, nous avons un vaccin !

1 – Conduite à tenir envers les animaux :
Évitez les animaux sauvages.
– Ne les caressez pas.
– Et ce d’autant plus qu’ils ont un comportement étrange.

2 – Conduite à tenir après coup :
Vous avez caressé, touché, été près ou mordu par un animal sauvage susceptible de transmettre la rage.
– Désinfectez.
C’est une urgence ! Filez voir votre médecin traitant ou les urgences si vous avez été mordu ; une prise en charge complète sera faite : Antibio, vaccination, sérothérapie, nettoyage, suture, administratif.
– Contactez le centre ani-rabique qui vous informera sur la conduite à suivre.
Ne tuez pas l’animal ! Il doit être mis en observation, s’il a été tué, retenez sa position, le centre anti-rabique aura besoin de sa tête. > Suivez les conseils du centre anti-rabique.
– Assurez-vous d’être vacciné contre le tétanos.
NB : Ne tardez pas ! Effectué après les premiers symptomes, le vaccin sera inefficace et vous mourrez.

Sources : Connaissances médicales

.

coup de chaleurHyperthermie / coup de chaleur :
Connue aussi plus généralement sous le nom “insolation”, il s’agit d’une prise en défaut des mécanismes de thermorégulation. Le corps humain a besoin d’eau pour évacuer le trop plein de chaleur par la sudation. Si vous êtes deshydraté et/ou que vous faites un effort physique intense et/ou que le soleil tappe fort, alors vous risquez l’hyperthermie et toutes ses complications, voire le décès si vous atteignez les 41.5°C.

1 – Pour reconnaître un coup de chaleur :
Sudation excessive
Maux de tête
– Trouble de la conscience : somnolence, perte de conscience…
Peau sèche et brulante
Pli cutané : pincez la peau (du cou par exemple), elle garde le pli après l’avoir lâchée (signe de deshydratation).
– Nausées, vomissements

2 – Prévention :
S’hydrater suffisamment et régulièrement.
Humidifier sa tête : 2/3 de la chaleur du corps y est éliminée. N’hésitez pas à tremper votre casquette dans l’eau et à la remettre telle quelle.
Ne pas trop s’habiller s’il fait 30° ou plus… Inutile de mettre la grosse veste avec les 3 T-shirt dessous et 3 couches de barda par dessus.

3 – Prise en charge :
– Mettre la victime à l’ombre, le plus au frais possible.
Dévêtir la victime et la refroidir en mettant des linges mouillés sur front, cou, nuque, ventre, intérieur des cuisses et sous les bras.
– L’arroser si vous pouvez.
– Si la victime est consciente, donnez lui un peu à boire (de l’eau) sauf si elle présente un autre problème nécessitant de la laisser à jeun pour une éventuelle chirurgie.
– Si la victime est inconsciente mais respire, la mettre en PLS (Position Latérale de Sécurité).
– Aucun médicament nécessaire.
Appeler le 15 rapidement.

– NB1 : Si vous êtes près d’un cours d’eau, vous pouvez tremper le bas du corps de la victime dans l’eau, jusqu’à la ceinture. Mais cela peut avoir un effet perverse, la vasoconstriction induite par le froid empêchera la température du refroidire rapidement, il vous faudra alors masser énergiquement les jambes afin de favoriser la circulation sanguine.
– NB2 : N’essayez pas de donner à boire à une personne inconsciente, vous risquez de la tuer.

Sources : Connaissances médicales

.

coup de soleilCoup de soleil :
Véritable fléau méconnu, le coup de soleil est LE facteur déclenchant le cancer de la peau. Chacun dispose d’un “capital soleil” que chaque coup de soleil (=surexposition aux UV) vient entamer, entrainant les mutations cancérogènes jusqu’au cancer.

1 – Prévention :
Evitez les expositions prolongées entre 12 et 16h (heure d’été) sans protection.
– Utilisez des crèmes solaires à fort indice protecteur.
– Se couvrir la tête est indispensable, évitez de laisser trop apparaître votre peau (jouer en Marcel c’est pas une bonne idée).
– Conseils particulièrement importants pour les personnes à phototype clair : Blonds, roux, peau avec tâches de rousseur.

2 – Prise en charge :
Se réhydrater correctement (peau asséchée qui va “peler”).
– Utilisez des crèmes hydratantes et apaisantes comme la Biafine.

– NB1 : Un coup de soleil très étendu, trop important (peau cartonnée ou qui suinte) doit vous amener à consulter votre médecin.
– NB2 : Un “grain de beauté” qui apparaît ou qui se modifie doit vous amener à consulter votre médecin.

Sources : Connaissances médicales

.

ampouleAmpoule = phlyctène :
Dues généralement à un échauffement excessif de la peau par frottements répétés, il convient d’en prendre soin et de ne pas les négliger.

1 – Prévention :
Bien choisir ses chaussures, à la bonne taille.
– Ne pas partir en week end avec juste des rangers neuves… Il faut les casser avant ou prévoir d’autres chaussures pour alterner sinon ce sont les ampoules qui vont vous casser.
– Mettre des chaussettes épaisses, talquer/graisser les zones de frottement ou mettre un sparadrap… Demandez à votre grand mère elle aura plein de remèdes à vous conseiller !

2 – Prise en charge :
– Une ampoule est à considérer comme une plaie, il faut la désinfecter et la protéger.
Ne percez pas une ampoule, ça retardera la cicatrisation contrairement à ce qu’on pourrai penser. Désinfectez la et mettez un pansement pour la protéger.
– Si l’ampoule est percée, même combat : désinfection + protection. Mais n’enlevez pas “la peau de la bulle”.
– Si l’ampoule est ulcérée (la peau est partie), nettoyez la, désinfectez là et enfin (pareil) protégez la.
– Assurez vous d’être correctement vacciné contre le tétanos (DTP, Repevax, Revaxis…)
Attention, le calendrier vaccinal a changé en 2013. Si vous êtes majeur depuis peu, il se peut que votre dernière vaccination date de l’âge de 11-13 ans ou que vous ayez eu le rappel des 16-18 ans ; dans les deux cas, votre prochaine vaccination sera à 25 ans. Pour les plus anciens, les dates sont : 25 / 45 / 65ans. Si vous n’êtes pas à jour, filez voir votre médecin traitant, le tétanos est une maladie grave qu’on ne sait pas soigner et dont on meurt. En revanche on a un vaccin qui est bien toléré, ça serait bête de ne pas le faire.

– NB : Une ampoule présentant des signes manifestes d’infection ou une ampoule étendue doivent vous faire consulter votre médecin car risque d’infection grave, de tétanos.

.

entorseEntorse :
Le plus souvent dues à un mauvais mouvement d’une articulation, l’airsofteur est particulièrement exposé aux entorses de cheville et de poignet.

1 – Prévention :
Seulement du bon sens
– Des chaussures adaptées, montantes.
– Pas de prise de risque inconsidérée…

2 – Prise en charge :
Arrêt de l’activité, faites vous aider pr rentrer (on ne conduit pas avec une entorse de cheville).
Appliquez de la glace sur la région gonflée pour aider à dégonfler tout ça (et soulager un peu la douleur).
Bandez l’articulation pour la stabiliser et limiter le gonflement.
Surélevez l’articulation (jambe sur un fauteuil, bras en écharpe…)
Repos et arrêt de tout sport tant que la douleur persiste (et idéalement encore au delà).
– Bougez l’articulation de temps en temps.
– Du paracétamol (dafalgan, doliprane…) atténuera la douleur.

– NB : Toute notion de craquement lors de l’accident, tout gonflement extreme ou douleur anormalement forte doit vous amener à consulter un médecin pour éliminer une fracture.

Sources : Connaissances médicales

.

luxationLuxation :
Elle diffère de l’entorse par le fait que l’articulation n’est plus respectée avec un déplacement anormal plus ou moins évident d’une section de membre.
Le plus souvent la luxation arrive à l’épaule mais elle peut toucher toute articulation.

Prise en charge :
Une luxation est une urgence, il faut réagir vite. Si elle n’est pas prise en charge rapidement, les muscles se rétractent et fixent définitivement les os dans une mauvaise position, la chirurgie étant alors la seule option possible.
Prévenez les secours : 15.
Immobilisez l’articulation dans la position où elle est. Ne tentez en aucun cas de la mobiliser, de rapprocher le bras le long du corps, vous risqueriez de casser la tête humérale, d’écraser un nerf ou une artère…
– Si la victime peut se déplacer (luxation d’épaule ou poignet), emmenez là aux urgences (dotées d’un service de radiologie) les plus proches (gaffe à la position de la ceinture si luxation épaule).
– Si la victime ne peut se déplacer, attendez les secours.
– Gardez la victime à jeun, si jamais elle devait être opérée.

– NB1 : Toute luxation entraînera une radiographie pour éliminer une fracture.
– NB2 : Encore une fois ne tentez pas vous même de réduire la luxation, vous risquez d’entraîner de graves lésions.
– NB3 : Une luxation est une course contre la montre, si la prise en charge est rapide, elle sera réduite à la main ; si c’est trop long, ce sera chirurgie…

Sources : Connaissances médicales

.

fractureFracture :
Pas toujours évident à repérer sur le terrain et à différencier d’une entorse, au moindre doute partez du principe que c’est cassé. Les signes qui doivent faire évoquer la fracture sont la notion de craquement, de déformation d’un membre, l’impossibilité de bouger le membre, de le mettre en appui et l’existence d’une douleur localisée.

Prise en charge :
Ne rien manger !! Il faut rester à jeun si jamais chirurgie il devait y avoir.
– Pour une atteinte du membre supérieur, la victime peut se rendre à l’hôpital accompagnée par qqun.
– Pour les autres fractures, appelez le 15. (fracture de la colonne, crâne, membre inférieur, fractures ouvertes ou multiples, victime qui ne se sent pas bien…)
Ne bougez pas le membre fracturé !! Vous risqueriez de percer une artère ou sectionner un nerf.
En cas de fracture ouverte (os apparent qui a déchiré la peau), protégez la zone à l’aide de compresses stériles ou d’un linge propre afin d’éviter de souiller la blessure (infection).
Attendez les secours qui sauront prendre en charge la victime.

– NB : Encore une fois, ne manipulez pas le membre touché, empêchez le de bouger au maximum !

Sources : Connaissances médicales

.

hemorragieHémorragie :

Prise en charge :
– Allongez la victime.
Comprimez l’endroit qui saigne (protégez vous avec des gants idéalement).
Appelez le 15.

Cas particulier : plaie avec corps étranger.
Ne retirez pas le corps étranger d’une plaie, quel qu’il soit (couteau, branche…), en l’enlevant vous risqueriez d’aggraver considérablement l’hémorragie.
– Comprimez autour de l’objet, mais pas dessus.

– NB : Un garrot ne peut être posé que si l’urgentiste au téléphone vous le demande.

Sources : Connaissances médicales

.

oreilleExplosion / trauma de l’oreille :
En airsoft un type de grenade bien particulier est à proscrire dans certaines situations : les grenades détonnantes. Que ce soient les grenades Hakkotsu/Thunder à base de CO2 ou toute grenade pyrotechnique. Le risque est double : effet de souffle (limité tout de même) pouvant déchirer le tympan et surtout effet de bruit qui va traumatiser votre oreille interne avec pour conséquence une perte auditive nette et un fort risque d’acouphène.
NB : L’acouphène est un sifflement dans l’oreille perçu 24h/24 qui empêche souvent de dormir correctement, provoque dépressions et désociabilisation jusqu’au suicide dans une proportion non négligeable de cas. Ne vous y risquez pas, une recherche avec “acouphène” et “suicide” sur google vous donnera un certain aperçu…

1 – Prévention :
– Proscrire les grenades sonores détonnantes.
Proscrire les grenades sonores détonnantes.
Proscrire les grenades sonores détonnantes.
– Ce d’autant plus que vous jouez en environnement fermé (bâtiment).
– Si elles ne sont pas interdites, les bouchons d’oreille seront la seule solution mais pas pratique pour jouer. Ou alors boycottez le jeu en espérant que vous serez plusieurs et que ça fera bouger les choses.

2 – Conduite à tenir après coup :
Malheureusement une grenade a pété pas trop loin de vous et ça siffle ou vous entendez moins bien.
Filez voir votre médecin rapidement, il y a un traitement à prendre rapidement qui réduit le risque de séquelles. J’ai bien dis “réduit”. Il n’y a pas de traitement efficace des acouphènes, une fois qu’on les a, c’est à vie et votre vie changera.
– Arrêtez la partie hein… pas la peine d’en remettre une couche.

NB : Ne sous-estimez pas ce danger !
Lecture intéressante : http://www.oreille-malade.com/2011/05/facebook-temoignage-acouphenes-suicide.html

Sources : Connaissances médicales

.

oeil verreOeil crevé :
C’est déjà arrivé, ça arrive toujours et ça arrivera malheureusement encore. On n’a que deux yeux, protégez les, ça ne repousse pas…

 

1 – Prévention :
Port d’une protection occulaire adaptée, respect des règles de sécurité…

2 – Prise en charge :
Oeil crevé = grande chance de perdre complètement la vue et petite chance selon la trajectoire de la bille de la conserver (incomplète).
Même crevé, un oeil peut se réparer s’il n’est pas trop abîmé, afin d’éviter d’avoir à mettre un oeil de verre, voire même en conservant une certaine acuité visuelle.
Pour avoir une chance de se faire “réparer” l’oeil, il faut tout faire pour éviter que le globe occulaire ne s’abîme davantage.
Coucher la victime sur le dos.
– Dites lui de fermer les deux yeux et de limiter au maximum le mouvement des yeux. (Les deux ! Les yeux ont un mouvement parallèle, si l’oeil non crevé n’est pas fermé, il fixera tout ce qui bouge et le globe occulaire crevé bougera en permanence ce qui aggravera les lésions.)
Poser une compresse humide sur l’orbite de façon à éviter que des poussières ne s’y mettent.
L’empêcher de se toucher les yeux ; ne touchez pas les yeux vous non plus, l’oeil pourrai s’infecter et nécessiter d’être enlevé.
Calmer la victime qui sera dans une situation de panique extrême, lui parler doucement, la rassurer.
Appeler le 15.

– NB1 : Ne tentez rien de plus, n’essayer pas d’enlever la bille si elle y est encore, n’essayez pas de nettoyer. Vous ne pourrez pas guérir l’oeil mais vous pouvez l’empêcher de s’abîmer davantage et la victime vous remerciera si elle peut conserver son oeil plutôt que d’en avoir un en verre.
– NB2 : Ne rien lui donner à boire ou manger afin de lui permettre de bénéficier d’une chirurgie en urgence (à jeun seulement).

Sources : Connaissances médicales ; univ-st-etienne.fr ;

retour sommaire

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.